fbpx

La cuisine italienne

5/5 - (1 vote)

S

avoureuse, simple et élégante, la cuisine italienne s’est greffée dans l’assiette et dans le cœur des français. Du panettone aux spaghettis aglio e olio, le répertoire de la cuisine italienne est riche en saveurs et regorge de plats typiques, simples ou élaborés. Du continent européen au Nouveau Monde, la gastronomie italienne s’est parfaitement exportée et intégrée sur tous les continents.

La cuisine italienne, régionale et authentique

Angelo Tommasi, Gli emigranti, 1896 © Rome, Galleria Nazionale d’Arte Moderna e Contemporanea BD

Par-delà pizzas et clichés, la cuisine italienne parie sur l’authenticité. Chaque région a une identité culinaire qui lui est propre. Une richesse mais aussi une entrave pour une Italie à l’identité morcelée. Si dès les années 1920, la France valorise ses cultures régionales, l’Italie, en revanche, se caractérise encore aujourd’hui par une culture disséminée, dispersée et cela se ressent aussi dans sa cuisine. Difficile pour un Calabrais de considérer la gastronomie de sa région comme une partie d’un ensemble, d’une identité italienne. Une rivalité entre le Nord et le Mezzogiorno (le sud de l’Italie) toujours présente. Mais comment la cuisine italienne a-t-elle conquis le monde ?

Dès la fin du XIXème siècle, l’émigration italienne prend de l’ampleur. En Amérique, les émigrants italiens apportent leur culture et leurs recettes préparées avec des aliments simples et conquièrent rapidement le Nouveau Monde. Dès 1906, la muffaletta, sandwich d’origine sicilienne, se fait une place sur les étals du marché de la Nouvelle Orléans et devient le plat emblématique de la ville. D’abord régionale puis nationale, la cuisine italienne est devenue globale. Une réalité qui fait de la cucina italiana la cuisine la plus populaire depuis plus d’un siècle.

La cuisine italienne, accessible et gourmande

En émigrant en Europe, en Amérique du Nord et en Australie, les Italiens ont su exporter leur cuisine et la faire aimer en dehors des frontières italiennes grâce à la qualité de leurs ingrédients. Cette qualité est aujourd’hui garantie par des labels italiens et européens qui protègent des spécialités et des produits typiques, du parmiggiano en passant par la mozzarella et enfin la burrata des Pouilles, aujourd’hui très populaire. Le vinaigre balsamique de Modena bénéficie ainsi d’une AOP et d’une IGP (Indicazione Geografica Protetta) qui permet à des particuliers de vendre le précieux élixir produit dans leur acetaia (vinaigrerie en italien).

Accessible et consensuelle, mais aussi gourmande, la cuisine italienne séduit avec une variété de recettes qui reflètent la richesse de son terroir : fruits, légumes, fromages et charcuteries. L’accès à ses produits et ses spécialités est facilité aujourd’hui par un réseau commercial fourni et des épiceries de qualité qui s’approvisionnent chez les paysans. Intégrée dans le paysage alimentaire de nombreux pays, la cuisine italienne s’est aussi immiscée dans le répertoire culinaire local pour se re-régionaliser, mais à l’étranger.

La cuisine italienne, une cuisine nomade

La farine de blé est l’ingrédient de base de la cuisine italienne, elle est présente dans les pâtes, les pizza, les focacce… Un ingrédient que l’on retrouve n’importe où, la cuisine italienne peut ainsi voyager et se faire une place dans les cultures culinaires locales. La pizza, dont le nom s’est imposé sans être traduit, en est l’exemple parfait. Plus largement, la cuisine italo-américaine est le symbole d’une gastronomie italienne qui s’est bien expatriée. Accessible, gourmande, authentique mais aussi réinventée. Avec des ingrédients “nomades” comme la tomate ou la mozzarella – que l’on peut désormais préparer n’importe où, y compris chez soi – la pizza intègre aussi des ingrédients locaux parfois exotiques, n’en déplaise aux italiens.

La cuisine italienne, vitrine du bien manger

A la fin des années 1980, Slow Food, mouvement italien devenu mondial, nait en Italie en réaction à l’implantation d’un McDonald’s place d’Espagne à Rome. Son ambition, défendre une culture raisonnée, locale et promouvoir le bien manger pour tous. Une vitrine pour la gastronomie italienne et son terroir et un plaidoyer pour la redécouverte de produits et variétés locales rares ou disparues. De quoi perpétuer l’héritage de Pellegrino Artusi, père de la cuisine italienne, et auteur de La Science en cuisine et l’art de bien manger. Un livre de recettes du quotidien adressé aux classes moyennes pour la cuisine ménagère, aujourd’hui considéré comme la bible de la cuisine familiale italienne. Depuis 2016, les Français peuvent se délecter en feuilletant cet ouvrage, publié chez Actes Sud, qui est bien plus qu’un simple livre de cuisine.

Sources :

ARTUSI Pellegrino. 2016. La science en cuisine et l’art de bien manger, Actes Sud, 640 pages.

GAUDRY François-Régis. 2020. On va déguster l’Italie, Marabout, 432 pages.

3 Commentaires Masquer les commentaires

Ajouter un commentaire